Belgique

La joie de la population belge

La Belgique est envahie par l’Allemagne en mai 1940. Traversant les Ardennes belges, l’armée allemande défait les troupes belges et alliées en 18 jours. Après quatre années d’occupation, la Belgique est libérée en 1944.

Liberation Route Europe

La Route de la Libération de l'Europe en Belgique

En mai 1940, l’armée allemande parvient à encercler les forces belges et alliées grâce à une attaque audacieuse à travers les Ardennes. Elle s’empare de la Belgique en 18 jours. Pendant l’occupation, qui dure quatre années, des milliers de Belges perdent la vie et une grande partie de la communauté juive est déportée. En 1944-1945, la Belgique redevient un champ de bataille d’importance stratégique, les Alliés s’employant à remettre en état le port d’Anvers pour soutenir leur progression, tandis que les Allemands cherchent désespérément à inverser le cours de l’histoire en lançant une offensive de la dernière chance dans les Ardennes.

Biographies

Revivez l'histoire

Histoire sélectionnée: La libération de la Belgique

Le 2 septembre 1944, les troupes alliées ont traversé la frontière belge en divers endroits. Le processus de libération a été rapide : en dix jours, une grande majorité du pays avait été libérée. Cela n’a toutefois pas suffit à mettre un terme à l’occupation allemande. En effet, deux mois plus tard, Adolf Hitler a surpris les Alliés avec sa dernière offensive : la bataille des Ardennes.

Un processus rapide
Sur cette image:
La Libération de la Belgique
Armée américaine près de Gelin en Belgique le 3 septembre 1944.

En route pour Tournai, la 2e division de l’armée américaine a traversé la frontière belge au matin du 2 septembre 1944, en passant par le hameau de Cendron (dans la province de Hainaut). Le même jour, les autorités allemandes et les Belges qui collaboraient avec les nazis ont fait leurs bagages, tandis que la 2e division de l’armée britannique, alors à Douai (en France), recevait l’ordre de se diriger vers Bruxelles. Les soldats britanniques sont donc arrivés en Belgique le 3 septembre et, le soir même, ils entraient dans la capitale en compagnie de la brigade belge du Colonel Piron. Le 17 septembre, presque tout le territoire avait été libéré. Cette libération rapide avait été rendue possible notamment par les groupes de résistance, qui s’étaient montrés particulièrement actifs : ils ont guidé les troupes alliées, empêché des destructions commises par les Allemands en fuite, au port d’Anvers par exemple, et traqué les collaborateurs.

En Belgique, les Alliés ont été accueillis en héros. Dans les villes et les campagnes, les rues arboraient les drapeaux américain, britannique, français, soviétique et, bien sûr, belge. Les forces alliées apportaient avec elles beaucoup de choses devenues rares, comme du vrai café, du chocolat, du Coca-Cola, des cigarettes, du jazz, etc. Les autorités légitimes de la Belgique ont alors été rétablies. En l’absence du roi Léopold III, le prince Charles est nommé régent le 20 septembre. Par ailleurs, après le départ de l’occupant, le temps était venu de condamner les collaborateurs. Des sanctions ont alors été prononcées et les citoyens ont appliqué une forme de justice populaire : les femmes étaient tondues et les lynchages étaient nombreux, bien que les vraies exécutions aient été assez rares. Cependant, l’Allemagne ne comptait pas encore abandonner. En effet, le 16 décembre, Adolf Hitler a surpris tout le monde avec une dernière offensive dans les Ardennes belges, qui deviendra la bataille des Ardennes. Il a donc fallu attendre le 4 février 1945, après six nouvelles semaines de combat féroce, pour que l’intégralité du territoire belge soit libérée.

Lire l'histoire tout entière

Nous testons des nouveautés ce qui peut ralentir le site. Toutes nos excuses.