Jean-Baptiste Piron

Jean-Baptiste Piron

10-04-1896 - 04-09-1974

Mots-clés pour cette biographie
Combats Libération Résistance Victoire et défaite
Liberation Route Europe

Jean-Baptiste Piron

Né en Belgique en 1896, l’officier Jean-Baptiste Piron a fui en Angleterre durant la Seconde Guerre mondiale. Il est ensuite revenu en Belgique à la tête de la 1ère brigade d’infanterie belge, également connue sous le nom de « brigade Piron ». À la fin de la guerre, il participera à la libération de la Belgique et des Pays-Bas.

Après la capitulation de la Belgique, le 28 mai 1940, l’officier Jean-Baptiste Piron est interné. Après s’être évadé, il parviendra finalement à atteindre l’Angleterre en avril 1941. Là-bas, il rejoindra l’armée belge en reconstruction à partir de janvier 1942. Près d’un an plus tard, Jean-Baptiste Piron est invité à Londres par Hubert Pierlot, le Premier ministre belge alors en exil. Arrivé dans la capitale britannique, il sera informé des plans définitifs visant à réorganiser les forces terrestres belges. Jean-Baptiste Piron est nommé commandant et devient très vite lieutenant-colonel, à la tête de la 1ère brigade d’infanterie belge. Cette nouvelle unité belge est composée de 2500 soldats qui ont été entrainés au Pays de Galle. Créée en janvier 1943, l’unité est également connue sous le nom de « brigade Piron ». Au printemps 1944, 2200 soldats de la brigade Piron étaient prêts à combattre sur le continent. Le 8 août 1944, ils ont donc débarqué à Arromanches, sur les côtes normandes. Ils ont participé activement à la Bataille de Normandie, notamment lors de l’Opération Paddle, qui visait à accélérer la défaite des troupes allemandes en direction de la Seine. La brigade a poursuivi sa route vers le nord et, le 3 septembre 1944, Jean-Baptiste Piron et ses hommes traversaient la frontière franco-belge. Dès le lendemain, ils libéraient Bruxelles. Ils ont ensuite participé également à la libération des Pays-Bas. Jean-Baptiste Piron poursuivra sa carrière militaire en tant que commandant de l’armée belge d’occupation en Allemagne. En 1947, il sera promu Lieutenant-Général de l’armée belge, avant de terminer sa carrière, entre 1951 et 1957, comme président du comité des chefs d’état-major et aide de camp du roi Baudouin.

Galerie média

Sites, biographies et points d'intérêts associés

Nous testons des nouveautés ce qui peut ralentir le site. Toutes nos excuses.