Philippe Leclerc de Hauteclocque

Philippe Leclerc de Hauteclocque

22-11-1902 - 28-11-1947

Mots-clés pour cette biographie
Combats Libération Résistance Victoire et défaite
Liberation Route Europe

Philippe Leclerc de Hauteclocque

Durant les heures sombres de juin 1940, le capitaine Philippe de Hauteclocque rejoint Londres, et choisit « Leclerc » comme nom de guerre. Grand tacticien et meneur d'hommes hors pair, il connaitra une carrière fulgurante. Son nom et celui de sa 2e division blindée sont associés à la libération de Paris, en août 1944.

Philippe de Hauteclocque faisait partie des officiers refusant d'accepter la défaite de 1940, et il continua à se battre au sein de l'armée de la France libre. Il choisit le pseudonyme « Leclerc » comme nom de guerre, et sa carrière connut une ascension extrêmement rapide : capitaine en juillet 1940, il sera promu général en 1941.

Sa première mission fut de rallier l'Afrique équatoriale française à la France libre. Basé au Tchad, Leclerc dirigea ensuite les opérations contre les forces italiennes en Libye. Là-bas, il jura avec ses hommes de ne pas déposer les armes avant d'avoir vu le drapeau français flotter sur la cathédrale de Strasbourg. Suite au succès des Alliés en Afrique du Nord, Leclerc parvint à unir de nombreuses forces de la France libre et de l'ancienne armée d'Afrique, vichyste, pour former la 2e division blindée. Sa division débarquera en France le 1er août 1944 et parviendra à libérer Paris. Elle poursuivra ensuite les combats en Alsace, jusqu'à la libération de Strasbourg en novembre 1944.

À la fin de la guerre, la 2e division arrivera à Berchtesgaden, en Allemagne, et s'emparera du lieu de villégiature d'Adolf Hitler. Leclerc mourra en 1947 dans un accident d'avion en Algérie, et sera élevé à titre posthume à la dignité de maréchal de France. Son énergie et son charisme en ont fait une grande figure de l'histoire française.

Galerie média

Sites, biographies et points d'intérêts associés

Nous testons des nouveautés ce qui peut ralentir le site. Toutes nos excuses.