Grande-BretagneKent

Le château de Douvres

En 1944, la Grande-Bretagne accueille les préparatifs de l’invasion alliée en vue de la libération de l’Europe. Pour tromper les Allemands, une armée factice est mise sur pied dans le Kent. Objectif : convaincre l’ennemi que le Débarquement aura lieu...

Liberation Route Europe

La Route de la Libération :Grande-BretagneKent

Les préparatifs de l’invasion alliée en Europe vont bon train en Grande-Bretagne début 1944. Pour assurer le succès de l’opération, les Alliés mettent en place des leurres afin de faire croire aux Allemands que le Débarquement aura lieu à Calais, et non pas en Normandie. Dans le comté de Kent, une armée factice dotée de véhicules en bois ou gonflables voit le jour. Cette supercherie fonctionne tellement bien qu’après le Débarquement du 6 juin, l'armée allemande maintient de nombreuses troupes à Calais en prévision d’une nouvelle offensive.

Revivez l'histoire

Histoire sélectionnée: L'opération Fortitude Sud

Alors que le Jour J approchait, le comté du Kent devint le théâtre de l'opération Fortitude Sud, l'une des plus grandes supercheries de la Seconde Guerre mondiale. Afin d'induire l'armée allemande en erreur et de garder secret le lieu du débarquement allié en Europe, d'intenses préparatifs militaires furent organisés dans la région de Douvres. Seulement, tout cela n'était qu'une mise en scène.

L'une des plus grandes supercheries de la Seconde Guerre mondiale
Sur cette image:
L'opération Fortitude Sud
Avion factice installé dans le cadre de l'opération Fortitude, destinée à tromper l'armée allemande.

L'opération Fortitude visait à induire l'armée allemande en erreur et à garder secret le lieu du débarquement allié, qui était prévu en Normandie au mois de juin 1944. L'opération Fortitude Nord devait faire croire à un débarquement imminent des forces alliées en Norvège, tandis que l'opération Fortitude Sud consistait à feindre la préparation d'un débarquement dans le Pas-de-Calais. L'objectif était de faire diversion, afin d'éloigner les troupes allemandes de la Normandie.

Pour l'Allemagne, le Pas-de-Calais semblait être le lieu le plus propice à un débarquement allié en Europe puisqu'il offrait le chemin le plus court depuis le Royaume-Uni. Le premier groupe fictif de l'armée américaine (le FUSAG) fut donc créé dans le comté du Kent. Pour renforcer sa crédibilité, de fausses infrastructures, telles que des routes, des ponts, des bâtiments, des terrains d'aviation et des zones d'embarquement furent mises en place. Des avions et des péniches de débarquement factices y furent installés, et même de fausses communications radio furent émises.

Les Alliés interceptèrent une communication entre l'ambassadeur du Japon en Allemagne et son gouvernement, dans laquelle il racontait une de ses conversations avec Adolf Hitler. Celle-ci confirma que les Allemands s'attendaient vraiment à ce que le débarquement soit lancé depuis Douvres. Le 5 juin 1944, un faux débarquement fut lancé depuis cette ville, alors que le vrai débarquement allié fut organisé le 6 juin, dans le cadre de l'opération Overlord. 185 000 hommes arrivèrent ainsi en Normandie.

Encore bien après le Jour J, Adolf Hitler conserva ses meilleures troupes dans le Pas-de-Calais, persuadé que la région serait le théâtre d'un débarquement encore plus important.

Lire l'histoire tout entière

Nous testons des nouveautés ce qui peut ralentir le site. Toutes nos excuses.