Umberto di Savoia

Umberto di Savoia

15-09-1904 - 18-03-1983

Mots-clés pour cette biographie
Combats Libération
Liberation Route Europe

Umberto di Savoia

Le prince héritier Humbert de Savoie avait pour habitude de visiter le front pendant la campagne d’Italie. Il se porta volontaire pour une dangereuse mission de reconnaissance aérienne la veille de la bataille pour le mont Lungo (7 décembre 1943). Le commandant américain lui proposa la médaille de l’étoile de bronze, qu’il ne reçut jamais par convenance politique.

Héritier du trône d’Italie, Humbert de Savoie était le fils du roi Victor-Emmanuel III. Il poursuivit une carrière militaire dans l’armée. Humbert et Mussolini ne s’appréciaient guère, à tel point que le dictateur italien envisagea de l’exclure de la succession.

Pendant la guerre, il prit les commandes du Groupe d’armées D lors de la campagne de France. Il fut promu au rang de maréchal en 1942, mais ses fonctions restèrent inchangées. Le 8 septembre 1943, le jour de la proclamation de l’armistice, la famille royale et le gouvernement quittèrent Rome pour Brindisi afin d’éviter d’être capturés par les forces allemandes. Humbert souhaitait se rendre à Rome pour y organiser la résistance, mais le roi le lui interdit.

Humbert avait pour habitude de visiter la ligne de front pendant la campagne d’Italie. La veille de la première bataille pour le mont Lungo (8 décembre 1943), il se porta volontaire pour une dangereuse mission de reconnaissance aérienne conduite par un pilote américain au-dessus des lignes de défense allemandes, sous les tirs nourris de l’artillerie antiaérienne.

Edwin Walker, commandant du 3e régiment de la 1ère force de service spéciale, proposa d’attribuer à Humbert la médaille de l’étoile de bronze américaine, mais celle-ci ne fut jamais décernée par convenance politique. Après que son père, le roi Victor-Emmanuel III, lui ai transmis son pouvoir, Humbert régna pendant 34 jours, du 9 mai au 12 juin 1946. Il quitta l’Italie lorsque celle-ci devint une république et vécut en exil à Cascais, au Portugal, jusqu’à la fin de ses jours.

Galerie média

Sites, biographies et points d'intérêts associés