PologneDantzig

Major Henryk Sucharski

Le 1er septembre 1939, un cuirassé allemand mouillant dans le port de Dantzig ouvre le feu contre un dépôt de transit militaire polonais et déclenche la Seconde guerre mondiale. Comme le reste de la Pologne, Dantzig subit à la fois l’occupation...

Liberation Route Europe

La Route de la Libération :PologneDantzig

Le 1er septembre 1939, le cuirassé allemand « Schleswig-Holstein », qui mouille dans le port de Dantzig, ouvre le feu sur la péninsule polonaise de Westerplatte, où est installé un dépôt de transit militaire. Au terme de quelques jours de combats, la garnison qui en assure la défense rende les armes. La bataille de Dantzig devient un symbole de la résistance polonaise contre l’invasion allemande. Après la guerre, Dantzig fait de nouveau parler de lui en tant que foyer de résistance au totalitarisme : c’est là que naît en 1980 le mouvement syndical « Solidarité », qui contribue des années plus tard à la chute de l’Union soviétique.

Revivez l'histoire

Histoire sélectionnée: Westerplatte

Le 1er septembre 1939, les Allemands attaquèrent la péninsule de Westerplatte dans le port de Gdańsk. Cet assaut marqua le début de la Seconde Guerre mondiale. Une petite garnison polonaise résista sept jours durant, ce qui dopa le moral de la population polonaise. Après la guerre, Westerplatte devint un symbole de la résistance polonaise contre l'invasion allemande.

Westerplatte - Là où la guerre a commencé
Sur cette image:
Westerplatte
Un garde à Westerplatte

Le dépôt de transit militaire fut construit en 1924 pour permettre à la Pologne, redevenue indépendante à l'issue de la Première Guerre mondiale, de transborder des matériels militaires au sein de la ville libre de Gdańsk. Lorsque les Allemands envahirent la Pologne le matin du 1er septembre 1939, ils avaient pour premier objectif le dépôt. C'est pourquoi cette attaque est considérée comme le début de la Seconde Guerre mondiale. La petite garnison polonaise défendit âprement le dépôt contre les assauts d'infanterie et les lourds bombardements du cuirassé Schleswig-Holstein, des avions bombardiers en piqué Stuka et de l'artillerie basée au sol. Sept jours durant, les défenseurs résistèrent à des obstacles accablants. À court de munitions, leur commandant, le général Sucharski, fut contraint d'abdiquer.

Après la guerre, les défenseurs du dépôt qui avaient survécu placèrent une croix sur la péninsule et créèrent un petit cimetière. Au début, les autorités communistes n'apprécièrent pas cette vénération spontanée de l'héroïsme pré-communiste, mais à partir de la fin des années 1950, elles l'utilisèrent comme instrument de propagande au service de la République populaire. Un monument dédié aux « Défenseurs de la côte polonaise » fut érigé en 1966. Cinq ans plus tard, au cours d'une cérémonie émouvante, les cendres du général Sucharski furent inhumées dans le cimetière de Westerplatte.

Westerplatte devint ainsi un monument national pour les Polonais. Des Chefs d'États et délégations officielles furent souvent conviées au Westerplatte, et de nombreuses cérémonies d'assermentation de recrues militaires y furent organisées. Au cours de la révolution pacifique « Solidarité » de 1980, la croix qui avait été retirée par les communistes retrouva sa place. En 1987, le pape Jean-Paul II choisit Westerplatte comme lieu de rencontre avec des jeunes.

Lire l'histoire tout entière

Nous testons des nouveautés ce qui peut ralentir le site. Toutes nos excuses.